Fiche d’information sur les douleurs aux pieds

Les douleurs aux pieds, troubles ou problèmes courants :

  • Douleur à la cheville
  • Douleur au talon et épine calcanéenne
  • Douleur au genou : causes principales
  • Fasciite plantaire – Douleur de l’épine calcanéenne
  • Métatarsalgie
  • Névrome de Morton
  • Oignons (Hallux valgus)
  • Périostite
  • Pied creux (arche cambrée)
  • Pied plat (arche affaissée)
  • Syndrome de la bandelette ilio-tibiale (Syndrome de l’essuie-glace)
  • Syndrome du piriforme
  • Tête métatarsienne plus basse que les autres
  • Tendinite achilléenne : origine et symptômes

Douleur à la cheville

La douleur à la cheville peut être due à une entorse ou une fracture mais aussi à d’autres facteurs comme l’instabilité de la cheville, une infection et un mauvais alignement structurel du pied ou de la jambe, des problèmes de santé comme la tendinite, la goute, l’arthrite et le syndrome du tunnel tarsien (compression nerveuse). Les symptômes accompagnant la douleur à la cheville incluent l’enflure, la rougeur, la chaleur et la raideur.
douleur à la cheville
Le patient éprouve de la douleur à l’intérieur ou l’extérieur de la cheville. Des cas bénins répondent généralement favorablement aux auto-soins, mais peuvent prendre du temps pour s’améliorer. Pour les cas sévères, un médecin ou un podologue doit établir un diagnostic surtout si la douleur fait suite à une blessure. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un spécialiste.

Les causes principales

On peut notamment citer :

- La tendinite achilléenne;
- La rupture du tendon d’Achille;
- Les éperons osseux;
- La bursite;
- L’arthrite;
- Cheville ou pied cassé;
- La fracture-avulsion;
- Le syndrome du tunnel tarsien

Douleur au talon et épine calcanéenne

La douleur au talon siège souvent à l’arrière du talon ou en dessous. La douleur en dessous du talon résulte généralement de la fasciite plantaire, une affection podologique douloureuse. Quand la douleur siège à l’arrière du talon, il pourrait s’agir de tendinite achilléenne. Si la douleur au talon n’est généralement pas grave ou mettant la vie en danger, elle gène ou limite l’activité normale comme l’exercice physique.
douleur au talon, épine calcaneenne

Les causes principales

Plusieurs causes entrainent la douleur au talon mais la fasciite plantaire est la plus commune. Ceux souffrant de fasciite plantaire ressentent une douleur au talon pouvant être exacerbée par la formation d’une croissance osseuse nommée épine calcanéenne. Les épines calcanéennes sont des dépôts calciques sur le côté inférieur du talon. Elles sont souvent dues à la rupture d’un muscle ou ligament du pied, l’étirement du fascia plantaire et les déchirures répétées sur la membrane recouvrant l’os du talon. Beaucoup de sportifs souffrent d’épine calcanéenne en courant et en sautant intensément.

Il convient de noter que l’épine calcanéenne peut être asymptomatique. Les patients ayant un talon douloureux souffrent généralement de fasciite plantaire, une affection où le fascia plantaire, tissu reliant l’os du talon à la pointe du pied, est enflammé.

Traiter la douleur au talon due à l’épine calcanéenne

Contrairement à d’autres affections du pied, la douleur au talon suite à la fasciite plantaire et l’épine calcanéenne ne disparait pas avec le repos. Elle peut empirer après le sommeil ou le repos car le fascia plantaire s’allonge et tire sur le talon. La douleur peut diminuer après la marche mais pourrait réapparaitre après un long moment de repos ou de position assise.

Il existe des méthodes non chirurgicales pour traiter l’épine calcanéenne ou la douleur due à la fasciite plantaire. Des médicaments en vente libre peuvent soulager la douleur et, dans certains cas, des injections de corticoïdes peuvent être prescrites pour atténuer l’inflammation.

Des orthèses fonctionnelles peuvent également être prescrites pour corriger les causes de la douleur au talon et à la voûte due à des problèmes biomécaniques.

Si la plupart des patients guérissent suite aux traitements conservateurs dans les 9-12 mois, certains cas peuvent requérir une intervention chirurgicale pour soulager la douleur et restaurer la mobilité. L’enlèvement de l’épine calcanéenne ou la libération du fascia plantaire, les techniques chirurgicales les plus populaires, ne sont recommandés qu’en dernier recours. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un spécialiste.

Douleur au genou : causes principales

Elle peut être due à une blessure physique, au surmenage ou à un problème de santé comme l’arthrite. Certains des symptômes d’une blessure au genou sont l’enflure, la raideur et la douleur

Qu’est ce qui entraine la douleur au genou ?


douleur au genou
Des blessures peuvent toucher les tendons entourant l’articulation du genou, les bourses, les ligaments et le cartilage, et les os formant l’articulation. L’articulation du genou est complexe et comme il supporte activement le poids du corps, il est sujet à des blessures.

Un traumatisme peut également provoquer des blessures aux ligaments du genou. Un ligament du genou blessé peut être douloureux au repos, s’enfler et être chaud. La douleur peut s’amplifier en essayant de plier le genou, de supporter du poids à l’aide de celui-ci ou en marchant.

Une déchirure méniscale peut se produire en raison des forces de cisaillement sur le genou avec un mouvement brusque ou rapide comme dans les sports. Le risque est plus élevé avec l’âge et la dégénérescence du cartilage. Plusieurs déchirures peuvent apparaitre. Une personne ayant une déchirure méniscale peut entendre un « pop » en bougeant le genou. Elle s’accompagne également d’enflure et de sensations de chaleur.

La douleur au genou peut également être due à des maladies affectant l’articulation du genou et les tissus et os entourant les genoux. Des maladies rhumatismales et des maladies auto-immunes des différents tissus et articulations affectent souvent l’articulation du genou. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un spécialiste.

Fasciite plantaire – Douleur de l’épine calcanéenne

Fasciite plantaire ?

C’est une affection podologique douloureuse. Le fascia plantaire, tissu long et épais stabilisant la voûte plantaire, tire sur le périoste situé au calcanéum, entraînant son inflammation. Il part de la zone plantaire du calcanéum, le long des têtes métatarsiennes, et sur les phalanges proximales formant une gaine fibreuse à chaque bout.
fascitte plantaire
La plupart des patients souffrant de fasciite plantaire se plantaire de graves douleurs au talon venant de l’arrière-pied, généralement en essayant de faire quelques pas le matin, ou après s’être reposé. Quand le pied s’adapte à la reprise des activités, la douleur régresse habituellement mais peut récidiver après une période de position debout ou assise prolongée.

Qu’est ce qui entraine la fasciite plantaire ?

Le fascia plantaire absorbe les chocs et soutient la voûte plantaire. Quand la tension qu’il subit devient trop importante, de petites déchirures peuvent apparaitre. L’étirement et la déchirure à répétition peuvent l’irriter ou l’enflammer.

Vulnérable à la douleur, la membrane fibreuse recouvrant l’os du calcanéum (périoste) est la partie la plus faible du fascia plantaire. Les torsions répétées du fascia plantaire, exerçant une traction sur le périoste, entrainent de l’inflammation et de la douleur. Quand cela survient fréquemment, le calcanéum croit lentement pour essayer de s’attache au fascia plantaire. Cette croissance est appelée épine calcanéenne. La nuit, les fibres du fascia essaient de se guérir avec une nouvelle fibre. Le matin, quand l’individu charge son pied de son poids, la déchirure peut réapparaitre, d’où la douleur extrême. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un podologue ou un médecin.

Métatarsalgie : causes principales et symptômes

Il s’agit de la douleur ressentie dans les métatarses suite à l’inflammation de la pointe du pied, généralement associée à une blessure de surmenage, souvent sportive. La douleur ou la sensibilité siège dans la surface plantaire ou les articulations métatarsiennes.
métatarsalgie

Les causes principales

Elle survient habituellement suite à la répartition anormale du poids relative à la pronation anormale. Elle peut être due à un ou plusieurs facteurs associés comme l’entrainement intensif, les fractures de stress, les chaussures mal ajustées, les difformités du pied, le surpoids ou un névrome de Morton. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un spécialiste.

Le névrome de Morton

C’est une affection podologique douloureuse affectant la pointe du pied, généralement dans la zone entre le troisième et le quatrième orteil, comparée à la sensation d’être debout avec un caillou dans la chaussure ou un pli dans la chaussette.
névrome de Morton
La douleur siège généralement dans le 3ème espace inter orteil mais peut aussi affecter le 2nd, le 4ème et le 1er. On peut aussi noter une sensation de brûlure qui peut irradier vers les autres doigts. Les patients signalent également des sensations de picotement et d’engourdissement et de perte de sensation dans les orteils.

Qu’est ce qui entraine le névrome de Morton ?

En hyper pronation, pivoter le 3ème et le 4ème métatarsiens peut entrainer une force de cisaillement. La force entre ces doits emprisonne le nerf digital, d’où la douleur et son inflammation. La pronation anormale des articulations sous-astragalienne et médio-tarsienne entraine aussi un excès du mouvement métatarsien sur le plan transversal. Comme le 1er, 2nd et 3ème métatarsien fonctionnent comme une seule unité tandis que le 4ème et le 5ème font de même, d’importants mouvements dans le 3ème et 4ème métatarsien provoquent une irritation nerveuse entre eux. La douleur est due à une inflammation. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un spécialiste.

Oignons (Hallux valgus) : causes

Oignon ?

On les doit aux déviations médiales et à l’inflammation de l’articulation métatarso-phalangienne (MTP) du gros orteil. La capsule articulaire est déplacée, s’épaissit et s’élargit tandis que le cartilage articulaire est endommagé. Les oignons peuvent être légers, modérés ou sévères. S’ils ne sont pas de nature héréditaire, la tendance à l’hyper pronation peut l’être et provoquer des oignons.
oignon
Une pression soutenue sur la face interne de la première articulation MTP peut provoquer un épaississement de la bourse et de la capsule interne, conduisant à un valgus sévère du gros orteil. Normalement, le décollement des orteils survient à la surface plantaire du gros orteil. Pour l’hyper pronateur, la phase de propulsion part de la face interne des phalanges du gros orteil plutôt que de la surface plantaire. Ceci pousse l’articulation en dehors et provoque l’étirement de la capsule articulaire. Cet étirement et cette déchirure de la capsule articulaire, associés à l’usure qu’ils entrainent au cartilage, aboutissent à la douleur. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un spécialiste.

La périostite : complications

Périostite ?

La périostite tibiale médiale est une affection où le périoste du tibia est endommagé en étant éloigné par le muscle tibial postérieur qui est sous de contraintes excessives. La périostite tibiale antérieure est une affection où le compartiment antérieur gêne le flux sanguin en raison d’une hypertrophie due à une contrainte excessive.
périostites

Les symptômes communs

La périostite tibiale médiale entraine une douleur sourde le long du côté médial du tibia. À l’apparition de la douleur, tout type d’activité peut l’aggraver.

La périostite tibiale antérieure se manifeste par une douleur sourde le long de la face antérieure du tibia. Un traitement médical d’urgence peut être nécessaire car le flux sanguin peut être insuffisant, entrainant une névrose et une gangrène musculaire dans le compartiment antérieur.

Comment les périostites apparaissent-elles?

Elles se développent au fil du temps à cause des coups et du stress constants sur les os, les articulations et les muscles de la jambe. L’irritation et l’inflammation en résultant provoque de la douleur. Pour la périostite tibiale médiale, le muscle tibial postérieur est en flexion plantaire et le pied en inversion à cause de l’insertion sur la face médiale du pied. En cas d’hyper pronation, le tendon tibial postérieur s’étire et est tiré excessivement, affectant la partie la plus faible dans le périoste du tibia. La douleur et l’inflammation chroniques résultent de la déchirure des petites fibres nerveuses du périoste.

D’autre part, la périostite tibiale antérieure survient quand le muscle tibial antérieur est en flexion dorsale et le pied en inversion alors qu’il agit comme un anti-pronateur en étant inséré dans la base du premier métatarsien et dans la face médiale. En hyper pronation, les fibres musculaires dans le muscle tibial antérieur doivent agir pour contrer l’excès de pronation. Cela entraine l’enflure du compartiment antérieur. Comme il y a constriction au niveau du compartiment antérieur, le muscle tibial antérieur enflammé entraine l’obstruction du flux sanguin, d’où une douleur extrême due à l’insuffisance d’oxygène (ischémie). Cette complication peut être désastreuse et nécessiter une intervention chirurgicale immédiate. L’angine de poitrine est un exemple d’ischémie. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un spécialiste.

Pied creux (arche cambrée)

La voûte plantaire est anormalement cambrée. Ainsi, la pointe du pied et le talon sont soumis à trop de poids en marchant ou en étant debout. L’affection peut toucher un ou les deux pieds et à tout âge.

Les causes

Les troubles neurologiques ou les problèmes de santé comme la paralysie cérébrale, la dystrophie musculaire, l’accident vasculaire cérébral, le spina bifida, la poliomyélite et la maladie de Charcot-Marie-Tooth peuvent provoquer un pied creux. D’autres cas peuvent être dus à une anomalie structurelle et héréditaire du pied.Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un médecin.
pied creux

Les symptômes

On peut notamment citer :

  • Orteils en marteau ou en griffes;
  • Callosités sur le talon, la pointe ou le côté du pied;
  • Douleur en marchant ou en étant debout;
  • Instabilité du pied due à l’inclinaison vers l’intérieur du talon qui peut provoquer une entorse de la cheville.

Pied plat (arche affaissée) : causes et symptômes

Comment savoir qu’on a les pieds plats? Vous pouvez vérifier l’intérieur de vos pieds quand vous êtes debout et que la plante de vos pieds touche le sol. Si l’intérieur de vos pieds est plat, vous avez les pieds plats ou des arches affaissées. Ceux avec des arches normales ont généralement une courbe ascendante au milieu du pied.
pieds plats
Chez les jeunes enfants, il est assez fréquent d’avoir des pieds plats qui pourraient plus tard avoir de voûtes plantaires à mesure qu’ils grandissent (pieds plats flexibles). Certains cas peuvent survenir à l’âge adulte (pieds plats acquis de l’adulte). Le pied plat dégénératif est une affection progressive, survenant au fil du temps.

Qu’est ce qui entraine le pied plat ?

Un grand nombre de facteur entraine les pieds plats des adultes dont notamment :

  • Anomalie congénitale;
  • Tendons déchirés ou étirés;
  • Tendon tibial postérieur lésé ou enflammé;
  • Dislocation ou fracture osseuse;
  • La polyarthrite rhumatoïde et d’autres problèmes de santé;
  • Affections nerveuses
  • D’autres facteurs peuvent augmenter le risque d’avoir des pieds plats comme le vieillissement, la grossesse, l’obésité et le diabète.

Quand consulter ?

Beaucoup des personnes ayant des pieds plats ne rencontrent aucun problème comme la douleur ou l’inconfort. Certaines personnes peuvent souffrir de douleur dans les pieds, particulièrement dans la zone du talon et de la voûte plantaire, d’enflure à l’intérieur de la plante des pieds, de fatigue au pied, de douleur dans le dos ou la jambe et de difficultés pour des mouvements comme se tenir sur les orteils. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un spécialiste.

Syndrome de la bandelette ilio-tibiale (Syndrome de l’essuie-glace) : causes

Syndrome de la bandelette ilio-tibiale?

La bandelette ilio-tibiale (BIT) va de l’aspect latéral de la hanche à l’extrémité proximal du tibia. Elle résiste à la rotation interne du tibia et assure la stabilité de la jambe. Le syndrome de la BIT survient quand celle-ci est étirée et tordue, l’extrémité distale se frottant sur l’aspect latéral du fémur. On parle aussi de syndrome de l’essuie-glace.

Ceux en souffrant ont des douleurs sur le côté latéral du genou, traversant souvent la cuisse et la hanche.
bandelette ilio-tibial

Qu’est ce qui entraîne le syndrome de la BIT ?

La cause la plus fréquente est la contrainte excessive sur la BIT. Lors d’une démarche normale, la rotation interne et externe entre fémur et tibia est harmonieuse. En cas d’hyper pronation, le tibia est bloqué par l’articulation dans le talus et continue d’être en rotation interne après la fin de la phase de contact. Durant la phase intermédiaire, le fémur est aussi en rotation externe avec le pelvis. La contre-rotation du tibia et du fémur entraîne une force de cisaillement sur la BIT qui est tordue. L’extrémité distale de la BIT s’y frotte et est enflammée par le condyle latéral du fémur. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un spécialiste.

Syndrome du piriforme

Le syndrome du piriforme ?

Quand le muscle piriforme irrite le nerf sciatique, de la douleur survient dans les fesses et atteint la jambe, suivant l’itinéraire du nerf sciatique. Une douleur gênante est ressentie dans les fesses, empirant en position assise, accroupie ou à la marche.

Qu’est ce qui entraine le syndrome du piriforme ?

Le piriforme est un muscle en forme de bande dans la région pelvienne. Il provient du sacrum et s’étend jusqu’à la partie extérieure de la hanche, fixé au côté latéral du fémur. Il fonctionne avec une rotation latérale et en s’étendant jusqu’à l’articulation de la hanche. Les racines du nerf sciatique l’innervent. Une compression du nerf sciatique donne lieu à divers symptômes comme la douleur, l’engourdissement et une sensation de faiblesse dans les fesses et les jambes.

Quand la jambe est longuement en rotation externe, par exemple lors d’un long trajet, le muscle piriforme peut se raccourcir. Si le fémur continue sa rotation interne, suite à une pronation prolongée ou une mécanique défectueuse du pied, le muscle plus que d’ordinaire et peut s’élargir. Si la jambe est tendue, comme lors de la marche, le muscle comprime le nerf sciatique. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un spécialiste.

Tête métatarsienne plus basse que les autres

Qu’est ce que c’est?

C’est une affection où l’os métatarsien, généralement le 2nd, est plus bas que le reste à l’extrémité distale.

De nombreux patients en souffrant ont une douleur et une sensation pareille à celles de marcher sur un caillou. Une callosité se forme habituellement sous la tête métatarsienne concernée.
tête métatarsienne

Les causes principales

C’est un problème répandu de nature strictement héréditaire. L’hyper pronation serait également en cause car la distribution anormale du poids d’un pied hyper pronateur tend à surcharger le 2nd métatarse. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un spécialiste.

Tendinite achilléenne : origine et symptômes

Tendinite achilléenne ?

«Achille» est un personnage de la mythologie grecque.

C’est une affection podologique impliquant le tendon d’Achille, celui-ci s’enflammant au niveau de sa zone d’insertion ou près de celle-ci ou dans la zone postérieure du calcanéum, d’où la douleur. C’est le plus long et le plus fort des tendons du corps, il est dépourvu de vaisseaux sanguins, ce qui ralentit la guérison.
tendinite talon d'Achille
Le tendon d’Achille est situé dans le tiers inférieur du tibia sur sa face postérieure. Deux muscles se joignent pour le former : le gastrocnémien et le soléaire. Le tendon d’Achille agit comme un anti-pronateur.

Un sujet souffrant de tendinite achilléenne éprouve une lancinante douleur pulsatile ou brûlante provenant de la partie arrière du talon, s’aggravant en flexion plantaire ou flexion dorsale passive, comme en chargeant les orteils d’un poids.

Qu’est ce qui entraine la tendinite achilléenne ?

Les causes les plus fréquentes sont l’hyper pronation et le stress extrême sur le tendon. Les facteurs de risque incluent un tendon d’Achille serré, les difformités du pied suite à un mauvais alignement et de récents changements en chaussures ou du niveau d’activité. Pour la démarche normale, la rotation entre fémur et tibia est harmonieuse, interne en pronation et externe en supination. Pour l’individu avec hyper pronation, le tibia est bloqué par l’articulation dans le talus et est en rotation interne continue au-delà de la phase de contact quand le fémur est en rotation externe durant la phase intermédiaire. Le muscle gastrocnémien s’attache au fémur et est en rotation externe tandis que le soléaire se fixe au tibia et à la fibula et est en rotation interne en pronation. La contre-rotation du fémur et du tibia entraine une force de cisaillement sur le tendon d’Achille et sa torsion à son point le plus faible, d’où l’inflammation. L’inflammation a tendance à être chronique comme le tendon est non vascularisé, dépourvu de vaisseaux sanguins. Pour savoir si vous souffrez de ce problème consultez un spécialiste des pieds.

Consulter un spécialiste

Pour toutes problématiques concernant les pieds, faites affaire avec un podologue, un orthésite ou un podiatre agréé de votre région.
PRENDRE RENDEZ-VOUS »
Les informations contenues dans cette fiche vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre podologue ou pédicure-podologue. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en œuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Novofoot ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un de nos collaborateurs podologues, pédicure-podologues, orthésiste et podo-orthésiste si vous croyez souffrir d'un problème de santé.

OBTENIR DE L'AIDE

Parce que la guérison et le soulagement de vos symptômes est possible, contactez-nous pour obtenir plus d'information ou un rendez-vous.

(541) 754-3010

Prendre rendez-vous »

Problèmes

douleur à la cheville
Douleurs à la cheville
épine de Lenoir
Épine de Lenoir
fascitte plantaire
Fascitte plantaire
mal aux genoux
Mal aux genoux
maux de dos
Maux de dos
metatarsalgie
Métatarsalgie
nevrome de morton
Névrome de Mortons
oignons pied
Oignons
pieds plats
Pieds plats
tendinite du tendon d'Achille
Tendinite du tendon d’Achille

Un rendez-vous pour orthèses

étapes pour orthèses plantaires

Témoignages

Stéphanie

« Avant de consulter cette clinique, j’ai fait 3 mois de physiothérapie et j’avais une douleur sous mon arche gauche qui m’empêchait de marcher plus de 5 minutes. 1 mois après mon rendez-vous, je peux faire de longue marche et je pense commencer la course à pied bientôt. »
éric beaulieu

Alexandre

« J’avais une douleur très forte sous mon talon droit. J’ai pris du Cérébrex 3 semaines et fait de la physiothérapie 6 mois Je suis postier et mon patron me suggérait donc de prendre un bon congé de maladie . Au lieu de prendre un congé j’ai décidé de prendre un rendez-vous à cette clinique. Ils m'ont proposé des orthèses adaptées et j'ai senti une grosse différence dès la première minute. J’ai pu continuer travailler sans douleur. »

Vincent

« Si vous avez une fasciite plantaire comme celle que j’ai eu, je vous recommande cet endroit, car j'ai été soulagé rapidement suite à mes 2 rendez-vous. »
Novofoot
check